Émile Amoros & Lucas Rual : « La qualité de l’air a un impact direct sur nos qualités physiques »

Actualité

Le 27 juillet prochain, Lucas Rual et Émile Amoros prendront le départ de la première régate des JO de Tokyo, dans la catégorie 49er : un dériveur planant à deux équipiers. Dix-neuf bateaux et l’élite mondiale seront sur la ligne de départ. Résultat encourageant, les Français ont remporté la médaille de bronze, mi-juin, à Medemblik aux Pays-Bas. Ils se sont notamment distingués lors des trois manches de la première journée (2e, 2e et 1er).

Interview avec les sportifs, rencontrés durant un stage de préparation à l’ENV Quiberon. Soutenus depuis 2018 par NatéoSanté, ils ont intégré la qualité de l’air dans leur préparation physique. Un purificateur d’air EOLIS Air Manager sera d’ailleurs du voyage au Japon.

Pouvez-vous vous présenter ?

Émile Amoros : « J’ai 25 ans et pratique la voile en 49er, le bateau olympique, depuis 2016. Je suis licencié au Club Nautique de Pornic et suis étudiant en école de kiné. »
Lucas Rual : « J’ai 25 ans, comme Émile. Nous naviguons ensemble en 49er depuis 2016. Pour ma part, je suis licencié à l’APCC à Pornichet. Je fais des études d’ingénieur à l’INSA à Rennes. »

Quelles-ont été les conséquences sur votre préparation du report des JO de Tokyo à 2021 ?

Lucas Rual : « Ce décalage d’un an a été une grande chance pour nous ! En 2020, nous étions en pleine progression par rapport au niveau mondial mais nous avions encore des hauts et des bas. En 2021, nous sommes parvenus à améliorer notre niveau moyen et nous y voyons des chances supplémentaires de bien figurer en juillet à Tokyo. »
Émile Amoros : « Nous avons dû nous adapter en permanence en raison d’un planning qui a bougé sans cesse. Mais sur le plan sportif, c’est une belle opportunité car nous avions besoin d’un an de plus pour nous préparer : cette année supplémentaire, en intégrant le contexte Covid-19 bien sûr, car il faut faire la part des choses, nous a presque été apportée sur un plateau. »

« L’innovation est notre valeur commune n°1 avec NatéoSanté »

Au regard de votre partenariat avec NatéoSanté, quelle importance accordez-vous à la qualité de l’air dans votre quotidien ?

Émile Amoros : « NatéoSanté nous a vraiment sensibilisés à la qualité de l’air. Nous n’avions pas conscience qu’il s’agit de notre carburant ! Nous avions déjà travaillé sur la nutrition, mais pas sur l’air! L’équipe NatéoSanté nous a apporté cette ouverture d’esprit. Grâce à eux, nous aurons de l’air pur au Japon, comme nous en avions eu lors d’un précédent séjour en Australie (ndlr : un purificateur d’air professionnel EOLIS Air Manager a été fourni aux deux sportifs, notamment pour équiper leur chambre durant le séjour au Japon).
Lucas Rual : « Comme l’a exprimé Émile, nous n’avions pas forcément pensé en amont à cette importance de la qualité de l’air. Au final, celle-ci a un impact direct sur nos qualités physiques et elle est gage d’une lucidité supplémentaire en compétition. »

Quelles valeurs partagez-vous avec NatéoSanté ?

Émile Amoros : « Avec Lucas, nous avons eu la chance de partager du temps avec l’équipe NatéoSanté, une belle équipe qui est soudée, tout autant que nous le sommes ! La valeur principale qui nous rassemble, c’est l’innovation. Leur démarche et leur purificateur d’air professionnel EOLIS Air Manager sont innovants. De notre côté, nous essayons aussi d’innover au quotidien, en testant des choses sur le bateau, en avançant, en reculant, pour mieux progresser. »
Lucas Rual : « Nous sommes aussi fiers de porter les couleurs de NatéoSanté parce qu’il s’agit d’une entreprise locale qui s’est bien développée, notamment cette dernière année. J’y vois une similitude avec notre équipage. Quand nous avons commencé ensemble avec Émile, les gens ne croyaient pas forcément en notre projet. Nous avons montré que nous étions en mesure de faire de grandes choses ! »

« Grâce à EOLIS Air Manager, de l’air pur dans notre chambre au Japon »

Quel est votre sentiment à l’idée d’emmener un petit bout du Pays de Retz à Tokyo?

Émile Amoros : « Plus qu’un petit bout du Pays de Retz, NatéoSanté va vraiment nous amener l’air pur de Pornic dans notre chambre au Japon. C’est une vraie fierté et un réel plus pour être performant durant les Jeux Olympiques. Nous sommes vraiment contents avec Lucas. »

Que peut-on vous souhaiter pour Tokyo?

Lucas Rual : « Une médaille bien sûr ! Cela reste l’objectif final. »

Retrouvez l’interview d’Émile & Lucas en vidéo