Depuis le 1er septembre 2020, le protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprises en situation Covid 19 est applicable. Principale disposition : la généralisation du port du masque chirurgical ou du masque grand public lavable dans les espaces clos dont les bureaux partagés, les salles de réunions, les open spaces…

Dans un contexte de transmission possible du virus par aérosols, un purificateur d’air professionnel, doté de filtres HEPA, tel EOLIS Air Manager, se révèle un argument de rassurance sanitaire et un atout RH à l’égard des salariés. Dirigeants de TPE, PME, ETI ou grands groupes, maires, cadres de collectivités territoriales, DRH ou DGS… NatéoSanté est en mesure de vous accompagner dans le cadre d’une sortie partielle de télétravail ou d’un plan de continuité d’activité pour garantir un air intérieur purifié au sein de vos locaux.

Depuis le printemps dernier, le monde tourne différemment, bouleversé par le Covid 19. La circulation du coronavirus demeure très active qu’il s’agisse ou pas d’une deuxième vague automnale. Il faut désormais vivre et travailler avec ce virus. A l’air libre et masqué comme le définit le protocole national en vigueur dans les entreprises.

Que vous soyez dirigeant, DRH, chefs de service… d’une entreprise privée, dans le tertiaire ou l’industrie, ou maire d’une commune, DGS ou DRH d’une collectivité territoriale… mais aussi salarié, NatéoSanté vous propose un tour d’horizon complet en répondant à six questions principales relatives aux motifs d’achat d’un purificateur d’air professionnel.

En situation d'épidémie Covid 19 le port du masque est désormais obligatoire dans les entreprises à l'intérieur des bureaux fermés et partagés, des open spaces et de tous les espaces collectifs
La poursuite d’activité dans les open spaces implique le respect du protocole national Covid 19 en vigueur depuis le 1er septembre 2020

Sur quelles recommandations scientifiques le protocole national Covid-19, applicable depuis le 1er septembre dans les entreprises françaises se fonde-t-il ?

Le protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprises face à l’épidémie Covid 19 France s’applique depuis le 1er septembre 2020. Il est accessible, dans sa version intégrale, sur le site du Ministère du travail, de l’emploi et l’insertion. Il fait suite au protocole national de déconfinement qui était en vigueur depuis le 24 juin 2020 avec une actualisation le 3 août.Les nouvelles mesures ont été largement commentées dans les médias par Elisabeth Borne, la ministre concernée, ainsi que son secrétaire d’Etat Laurent Pietraszewski.

Les dispositions validées s’appuient sur deux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique. La première d’entre elles, en date du 23 juillet 2020 et diffusée le 14 août, intitulée « SARS-CoV-2 : actualisation des connaissances sur la transmission du virus par aérosols » reprend la lettre ouverte du 4 juillet précédent adressée par 239 scientifiques, issus de 32 pays, à l’Organisation Mondiale de la Santé sur le même thème.

L’OMS a d’ailleurs intégré en ligne une réponse dédiée dans sa série de questions fréquentes quant à la transmission possible du coronavirus par ces aérosols. Les scientifiques évoquent aussi la notion de transmission aéroportée, qualification synonyme.

Le deuxième avis du HCSP, pris en compte par les autorités françaises, a été délivré le 20 août 2020. Il a trait aux « recommandations relatives au port de masques dans les lieux collectifs clos ».

Cette question d’une troisième voie de transmission Covid 19 par aérosols, aux côtés des fomites (par exemple, un objet contaminé… d’où l’importance de se laver les mains à intervalles réguliers et l’emploi du gel hydroalcoolique) et des gouttelettes (distanciation sociale et gestes barrières), anime les communautés de chercheurs avec des contributions et publications durant l’été.

Risque de transmission du coronavirus ou SARS-CoV-2 par aérosols
Risk of SARS-CoV-2 transmission by aerosols, the rational use of masks, and protection
of healthcare workers from COVID-19
© photo creative commons

Dans Le Quotidien du Médecin (21/07/2020), anticipant l’arrivée des frimas hivernaux qui réduiront les possibilités d’aération permanente ou récurrente des locaux professionnels occupés par les salariés français (ou étrangers puisqu’il s’agit d’une pandémie), un collectif écrit ainsi qu’à « moyen terme, purifier et stériliser l’air intérieur est évidemment la solution qui permettra de retrouver la sécurité des locaux intérieurs, en gardant le bénéfice et du confort thermique et des économies d’énergie ».

De façon plus technique, le professeur José-Luis Jimenez, parmi les 239 à avoir interpellé l’OMS, expliquait récemment dans les colonnes du Times qu’il est temps d’agir : « La transmission par aérosols – parfois appelée aéroportée – est similaire à la transmission par gouttelettes, sauf que les particules en suspension sont si petites qu’elles peuvent persister dans l’air pendant des minutes à des heures.

Pour comprendre l’échelle des aérosols, le diamètre d’un cheveu humain est d’environ 80 microns, et les aérosols inférieurs à environ 50 microns peuvent flotter dans l’air suffisamment longtemps pour être inhalés. Le SRAS-CoV-2 ne mesure que 0,1 micron de diamètre, il y a donc de la place pour de nombreux virus dans les aérosols. »

Quelles sont les dispositions générales de ce protocole national applicables au sein des entreprises ?

En premier chef, ce protocole prévoit la généralisation ou la systématisation du port du masque en entreprise sans néanmoins parler d’obligation. La Ministre Elisabeth Borne a indiqué que le masque « s’impose à tous (…) quand on est à plusieurs dans un lieu clos ».

Sont concernées les bureaux collectifs, les salles de réunions, les open spaces, les vestiaires, les zones communes avec des croisements de personnes comme les halls d’accueil… ou des tiers lieux, espaces de travail en commun, espaces de coworking.

Des exceptions, pour des moments de respiration le visage découvert (le masque porté à temps complet induit la respiration d’un air vicié), sont autorisées selon la localisation de l’activité dans une zone verte, orange ou rouge. Ces trois couleurs font référence aux données Santé Publique France par départements selon les tests réalisés, le nombre de nouveaux cas et les cas confirmés.

En vert, cinq critères doivent être réunis :

  • Une bonne ventilation et/ou aération de la pièce concernée
  • Un filtrage adéquat de l’air 
  • Des écrans de protection, vitre ou plexiglas, entre les postes de travail
  • La mise à disposition de visières
  • La présence d’un référent Covid-19 dans l’entreprise susceptible d’apprécier et traiter tout symptôme de la part d’un salarié

En orange, deux critères additionnels :

  • Disposer de locaux de grands volumes
  • Bénéficier d’une extraction haute de l’air

En rouge, enfin, un ultime critère s’ajoute :

  • Disposer d’au moins 4 m2 par personne pour des pauses individuelles sans masque, à certains moments de la journée, de préférence quand l’open space ou le bureau est en partie vidé de ses occupants.

Des dispenses sont possibles dans les ateliers ou garages bien ventilés, pour les chanteuses et chanteurs d’opéra (par décret) ou sur les plateaux de télévision.

La carte coronavirus France est évolutive selon l’évolution des statistiques dont le fameux taux d’incidence ou R effectif, soit l’estimation (sur les 7 derniers jours) du nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus.

Quel est le rôle possible d’un purificateur d’air intérieur EOLIS Air Manager, en milieu professionnel, dans le contexte Covid 19 ?

Les nouvelles contraintes, induites par la situation sanitaire actuelle, ramènent à la notion prégnante de circulation potentielle du coronavirus à l’air libre ainsi qu’à celle de la purification et qualité de l’air intérieur.

En ce sens, le recours spécifique à un purificateur d’air HEPA professionnel ou médical, à l’instar du modèle Made In France EOLIS Air Manager, développé par NatéoSanté, et non l’achat d’un simple modèle grand public, est à envisager comme un dispositif de rassurance sanitaire et RH supplémentaire.

Un argument pour une entreprise, une collectivité, une association… quant à sa capacité à tout mettre en œuvre vis à vis de ses collaborateurs contre le risque potentiel de transmission aérienne des virus. Avec, de surcroît, une action additionnelle contre toutes les formes de particules polluantes, les pollens… jusqu’aux mauvaises odeurs.

Comment EOLIS Air Manager réduit-il efficacement la propagation des virus dans l’air ?

L’efficacité des purificateurs d’air professionnels NatéoSanté résulte de la combinaison unique de technologies. Dans le détail, ils associent pour EOLIS Air Manager :

  • Un préfiltre virucide biocide certifié EN1276 EN14675 EN14476
  • Un filtre HEPA médical certifié EN1822-4 avec une efficacité jusqu’à 99,97% sur un coronavirus de taille ~120-150 nm tel le Covid-19. Chaque filtre est fabriqué en France. Il est doté d’un certificat unique indiquant son rapport d’étanchéité. Il est vérifié manuellement et numéroté pour traçabilité par NatéoSanté.
    De plus, grâce à une fonctionnalité brevetée, le purificateur d’air mesure et affiche en temps réel l’usure effective du filtre pour garantir une filtration optimale
  • Des lampes UV-C germicides virucides OSRAM PURITEC® HNS®. Ces lampes sont utilisées dans les hôpitaux. Elles assurent une stabilité de performances durant l’intégralité de leur durée de leur vie
  • La technologie exclusive Controlled Active Oxygen®, (sur EOLIS Air Manager 600S et 1200S) compléter la combinaison de filtration pour renforcer l’action virucide

Quels sont les bénéfices attendus pour l’entreprise et ses collaborateurs quant à l’investissement dans un ou des purificateurs d’air professionnels ?

Le Covid-19 en France a provoqué une chute du PIB à hauteur de 13,8% au 2e trimestre 2020. Les congés d’été ont marqué une pause dans les esprits. La rentrée de septembre 2020 marque aussi le temps de la relance économique.

D’autant que les aides exceptionnelles et dispositifs de soutien comme la prise en charge du chômage partiel par l’Etat ont été limités aux secteurs encore dans l’impossibilité de reprendre. La priorité des autorités, en France, en Europe… et à l’échelle du globe (l’Inde a ainsi relâché la pression alors que l’épidémie n’est pas circonscrite) est d’éviter un reconfinement généralisé.

Pour une entreprise, quelle que soit soit sa taille (des TPE aux grands groupes en passant par les PME et les ETI), les communes, les collectivités territoriales… s’équiper d’un ou de plusieurs purificateurs d’air professionnels est un investissement dans la durée pour :

  • Réduire l’impact de la peur de transmission des virus au sein des espaces de travail afin de limiter l’absentéisme, moduler le télétravail qui peut conduire à l’isolement des salariés ou affecter la productivité, la créativité… favorisées par les échanges, le travail en groupes…
  • Réduire la crainte pour les collaborateurs de ramener éventuellement le virus à la maison…
  • Sur le plan RH, côté employeurs, la prise en compte de ces inquiétudes et le soin apporté à la rassurance et à prévenir les risques, par tous les moyens, pour réduire l’exposition des équipes via les bons investissements est une preuve de considération supplémentaire en ces temps où QVT et RSE nourrissent, à juste titre, la marque employeur
EOLIS Air Manager garantit un air intérieur purifié en situation Covid 19 pour les entreprises dans les bureaux partagés et fermés, les open spaces…
Le purificateur d’air professionnel EOLIS Air Manager : rassurance sanitaire et atout RH au sein des bureaux et espaces partagés

Comment NatéoSanté est-il en mesure d’accompagner toute organisation professionnelle en vue de favoriser la continuité d’activité ?

Fort de son expérience et de son expertise, NatéoSanté vous accompagne dans :

  • L’élaboration d’un plan de continuité sur-mesure afin de sécuriser à la fois l’activité de l’entreprise et la sécurité des collaborateurs de celle-ci
  • La mise en place des bonnes pratiques pour rassurer l’ensemble des collaborateurs sur leurs conditions de retour au travail et la protection supplémentaire dont ils disposent grâce aux purificateurs d’air

La plus value NatéoSanté : accompagner un dirigeant ou DRH, un chef de service du privé ou public, un DGS, un maire… dans l’étude et le déploiement d’un dispositif de retour au travail, dans une démarche de prévention des salariés et de protection de la direction face aux risques sociaux.