Qualité de l’air intérieur et infections nosocomiales : quelles conséquences dans les établissements de santé et comment les prévenir ?

Blog

Les infections nosocomiales, également appelées infections associées aux soins, constituent un véritable fléau pour les hôpitaux et les cliniques. Elles touchent près de 1,4 million de personnes dans le monde selon l’OMS, et 1 patient sur 18 en France chaque année, selon Santé Publique France. Certaines de ces infections pourraient cependant être évitées, notamment celles transmises par voie aérienne.

Quels enseignements pouvons-nous tirer de la pandémie de Covid-19 ? Quels sont les coûts engendrés par ces infections ? Quels moyens de prévention existent pour lutter contre elles ? Comment se préparer à une nouvelle pandémie ? NatéoSanté vous éclaire.

Quel rôle joue la qualité de l’air dans la transmission des infections nosocomiales ?

Les infections nosocomiales peuvent être transmises de deux manières principales :

  • Directement liées aux soins prodigués à l’hôpital : notamment lors des interventions chirurgicales dans les blocs opératoires (infections endogènes).
  • Par l’air, de façon aéroportée : ce type d’infections croisées ou exogènes est plus fréquent lors d’épisodes épidémiques, notamment en période hivernale.

La qualité de l’air joue un rôle crucial dans la transmission de certaines infections nosocomiales. Les hôpitaux et cliniques, en raison de la forte concentration de personnes présentes, sont des environnements où les micro-organismes (bactéries, virus, agents pathogènes, germes, etc.) peuvent facilement proliférer.

Des centaines de personnes se croisent chaque jour dans les hôpitaux ou cliniques
Chaque jour, de nombreuses personnes se croisent dans les établissements de santé

Au quotidien, ce sont en effet des centaines de patients malades, personnel (soignants, agents d’entretien, de maintenance, etc.) et visiteurs externes qui se croisent dans les établissements de santé.

Les principaux risques de transmission résident dans les microgouttelettes : le simple fait de parler et respirer génère des gouttelettes, dont les plus légères persistent dans l’air, en suspension. Elles sont donc susceptibles d’être respirées par d’autres sujets.

Les principales infections contractées au cours d’un séjour dans un établissement de santé

L’aspergillose


Parmi les maladies nosocomiales les plus fréquentes, on retrouve l’aspergillose causée par le champignon Aspergillus. L’aspergillose est une infection pulmonaire qui survient principalement chez les patients immunodéprimés, comme ceux atteints de cancers, ceux ayant subi une greffe d’organe, ou ceux sous traitements immunosuppresseurs.

Les spores d’Aspergillus, présentes dans l’air, peuvent être inhalées et se développer dans les poumons, provoquant des infections graves qui peuvent être difficiles à traiter.

Les environnements hospitaliers, où les patients sont souvent vulnérables, sont particulièrement à risque de propagation de cette infection. La lettre de l’institut Pasteur a relaté en 2011 50 000 cas annuels d’aspergillose invasive en Europe.

Des systèmes de filtration de l’air efficaces et des pratiques rigoureuses de contrôle des infections sont essentiels pour minimiser ce risque.

Retour de la tuberculose dans les pays développés

La tuberculose (TB), causée par la bactérie Mycobacterium tuberculosis, connaît une recrudescence inquiétante dans certains pays développés selon National Geographic.

La tuberculose est une maladie infectieuse grave qui affecte principalement les poumons, mais qui peut aussi toucher d’autres parties du corps.

Bien que la tuberculose soit souvent associée aux pays en développement, des facteurs tels que la résistance aux médicaments, la mobilité internationale, et les populations vulnérables (comme les sans-abris et les personnes vivant avec le VIH) ont contribué à son retour dans les pays développés.

La propagation de la tuberculose dans les hôpitaux peut se produire par inhalation de gouttelettes contenant des bactéries émises par un patient infecté, soulignant l’importance de la surveillance et du contrôle strict des infections dans les établissements de santé.

Retour de la coqueluche en France

La coqueluche, également connue sous le nom de pertussis, est une infection bactérienne des voies respiratoires causée par Bordetella pertussis.

Selon un article de Santé Publique France publié le 18 avril 2024, bien que la vaccination ait considérablement réduit l’incidence de la coqueluche, on observe ces dernières années un retour de la maladie en France.

Ce retour peut être attribué à plusieurs facteurs, dont la diminution de l’immunité vaccinale au fil du temps et des taux de vaccination insuffisants. La coqueluche est particulièrement dangereuse pour les nourrissons et les jeunes enfants, mais peut également affecter les adultes.

Les hôpitaux doivent être vigilants face à cette menace, car la coqueluche peut se propager rapidement dans les environnements où de nombreuses personnes se côtoient, et où les patients peuvent être particulièrement vulnérables.

Évolution des infections nosocomiales suite à la crise de la COVID-19 : On fait le point !

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, cette maladie est devenue la première infection nosocomiale en France.

En juillet 2021, le magazine Hospimedia rapportait que « plus de 60 000 personnes ont contracté le Covid-19 dans les établissements de santé français, alors que les autres infections nosocomiales se font plus discrètes depuis le début de la pandémie ».

La transmission du SARS-CoV-2 s’effectue principalement par l’air.

L’Organisation Mondiale de la Santé soulignait dans une note de juillet 2020 que « les gouttelettes respiratoires ont un diamètre supérieur à 5-10 microns. En s’évaporant, certaines d’entre elles génèrent des aérosols microscopiques, au diamètre inférieur à 5 microns, qui restent en suspension en intérieur ».

Quelles conséquences économiques des infections nosocomiales ?

Les infections nosocomiales entraînent des coûts financiers considérables, notamment en raison de l’allongement des séjours hospitaliers, des examens médicaux supplémentaires et des soins nécessaires à la surveillance et au traitement de ces infections.

Un rapport de l’OPEPS (Office Parlementaire d’Evaluation des Politiques de Santé) propose une analyse basée sur plusieurs études internationales, antérieures à la pandémie.

Les conclusions sont les suivantes : « En appliquant une fourchette de surcoût moyen de 3.500 à 8.000 euros par infection aux 750.000 infections nosocomiales annuelles, on atteint un montant de dépenses de 2,4 à 6 milliards d’euros.

Ainsi, une diminution de 10 % du nombre d’infections conduirait à une économie de 240 à 600 millions. »

Comment prévenir les infections nosocomiales transmises par l’air dans les établissements de santé ?

Quelle obligation de surveillance dans les hôpitaux et cliniques ?

L’importance des protocoles mis en place par les hygiénistes au sein des hôpitaux et cliniques est cruciale pour prévenir les infections nosocomiales et garantir la sécurité des patients et du personnel. L’hygiène des mains, l’hygiène des surfaces et l’hygiène de l’air sont des composantes essentielles de ces protocoles. L’hygiène des mains, par exemple, est une mesure simple mais extrêmement efficace pour réduire la transmission des agents pathogènes. De même, l’hygiène des surfaces et de l’air contribue à limiter la propagation des infections dans l’environnement hospitalier.

Depuis 1999, le réseau RAISIN (Réseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales) supervise la surveillance des infections nosocomiales dans les établissements de santé français, tant publics que privés. À l’échelon des centres hospitaliers, les Comités de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) élaborent des actions de prévention spécifiques, mises en œuvre par les Équipes Opérationnelles en Hygiène Hospitalière (EOHH). Cette organisation structurée permet une surveillance rigoureuse et une réponse rapide aux menaces infectieuses, garantissant ainsi un niveau élevé de sécurité sanitaire au sein des hôpitaux et cliniques.

Purifier l’air pour réduire les risques de transmission aérienne des infections nosocomiales

Qu’il s’agisse des établissements de santé (hôpitaux, cliniques), du personnel, comme des patients eux-mêmes, l’hygiène est le maître-mot en ce qui concerne la prévention des infections nosocomiales.

Les patients, ainsi que leurs proches, sont en effet des sources potentielles de bactéries et virus. Il leur faut donc respecter certaines règles strictes telles que le port du masque, la désinfection des mains et la distanciation physique.

Un purificateur d'air professionnel sécurise l'air intérieur des espaces clos dans les établissements de santé
Un purificateur d’air professionnel est particulièrement adapté dans les établissements hospitaliers pour débarrasser l’air des micro-organismes

De plus, au sein même de l’établissement hospitalier, les équipes doivent porter une attention toute particulière à la propreté permanente des locaux, dont les surfaces, sans oublier l’hygiène de l’air intérieur, elle aussi primordiale dans la lutte contre les infections nosocomiales.

En effet, ces dernières étant largement transmissibles par aérosols, il est fortement recommandé d’équiper les chambres des patients et les zones communes et de passage (réception, salle d’attente, cafétéria, salle de pause du personnel, etc.) de purificateurs d’air professionnels à l’efficacité prouvée pour débarrasser de l’air intérieur virus, bactéries et micro-organismes et ainsi éviter au maximum les risques de contaminations croisées au sein de l’établissement.

Dernières actualités

Les dernières informations sur la qualité de l’air intérieur